Compte rendu du 05/04/19 : Compostage et tri sélectif

Compte rendu du 05/04/19 : Compostage et tri sélectif

Facilitateur Hacène
Rapporteur Denis
Personnes présentes Monique, Françoise, Hacène et Denis

Synthèse

Nous avons groupé dans notre réflexion les questions d’incitation au compostage et de tri sélectif. En effet, il nous semble intéressant d’avoir avec l’un et l’autre une perception pédagogique de ces problématiques. Il s’agit de mettre en avant l’intérêt écologique de modes de vie plus vertueux et de mettre en avant l’opportunité économique d’une gestion plus saine et sobre de nos déchets.

Développement

Introduction

Un état des lieux des pratiques de compostage et de tri sélectif montre que cela peut être vécu par les citoyens comme une contrainte de trier nos déchets (que ce soit les déchets de cuisines ou les déchets recyclables).

Le transport, l’enfouissement (et/ou l’incinération) des déchets coûtent cher (130 euros pour les collectivités) et nécessitent beaucoup d’énergie.

Le recensement montre qu’il existe à Figeac pour les immeubles 18 composteurs collectifs, leur bonne utilisation est assurée par un référent, lui-même formé par un agent du SYDED

Il existe par ailleurs à Figeac entre 600 et 700 composteurs individuels.

Idées générales

Il s’agit de recenser le nombre de composteurs sur les communes du Grand Figeac.

Au cours de cette action de recensement, il sera relevé et apprécié l’état du compostage (avec 3 couleurs : vert, jaune et rouge qu’on reporterait sur une carte … et d’un seul coup d’œil … on repère les lieux sur lesquels il y a urgence d’agir.

Nous souhaitons élargir l’équipement en composteurs individuels si des prix attractifs sont proposés par la collectivité. Et en parallèle proposer des démonstrations/formations de compostage correct.

A ce stade aussi, il faudra informer les foyers du changement du rythme d’enlèvement des conteneurs marron. L’enlèvement pourrait progressivement devenir mensuel et permettrait donc une baisse significative de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères.

Par ailleurs, un budget supplémentaire permettrait d’augmenter la sensibilisation citoyenne sur cette question du compostage (et l’intérêt pour la santé de nos sols !)

Nous avons évoqué la récupération des déchets de cuisine de restauration, compostable. Nous avons soulevé le problème du marc de café ? Qu’en fait-on actuellement ? Est-il récupéré ? Est-il rajouté aux déchets ménagers ? On peut envisager de le récupérer selon une procédure à définir dans les bars et restaurants du figeacois.

À l’issue de cette action pédagogique, nous pouvons nous poser la question d’un système de bonus-malus pour les foyers plus ou moins vertueux.

Nous rappelons que facturer le ramassage des ordures ménagères en fonction du volume jeté permet de réduire la masse de déchets produits jusqu’à 50%. Ce système de facturation incitative est appliqué dans 200 collectivités en France.

Tri sélectif

Cette action pourra être menée comme celle du compostage … mais avec ses particularités.

Le constat :

Autant certains matériaux se recyclent de manière très efficace (verre et aluminium par exemple), autant le recyclage du plastique est très problématique et demande beaucoup d’énergie. Entre 2 et 10% (selon les sources) des plastiques usagés sont recyclés idéalement en circuit fermé, c’est-à-dire récupérés pour produire un matériau utilisable comme un plastique neuf.

La solution la plus efficiente est donc de produire industriellement moins de plastique.

Une des pistes est de limiter les emballages alimentaires en favorisant l’achat en vrac de denrées alimentaires. Comment inciter à cela ?

Pour le tri sélectif, nous notons 2 catégories de problèmes.

  • Le tri sélectif des particuliers :

Les élus se plaignent de sa mauvaise qualité (40 à 60 % de rébus !!!) … Ce problème sera traité de façon collective et individuelle avec la participation du Syded, les intervenants seront « formés » par les agents du Syded.

Les sacs plastiques à usage unique sont interdits depuis 2017, les gobelets et assiettes plastiques le seront en janvier 2020. Nous pouvons accompagner cette tendance en faisant la promotion des associations qui permettent la location (et la vaisselle) des gobelets réutilisables.

  • La situation des professionnels du centre –ville :

Pour cet aspect on peut envisager une action de sensibilisation auprès des professionnels de la restauration et des consommateurs. (Si ces derniers disent non aux pailles, le problème se règlera de lui-même.)

Conclusion

  • Pédagogie indispensable
  • Intérêt des expériences de facturation incitative (proportionnel au poids des poubelles)
  • Réflexion autour d’une décroissance d’utilisation des plastiques
  • Concertation pour une action conjointe citoyenne/SYDED pour améliorer l’information autour du tri sélectif, et son efficacité !

Qui fait quoi

Nous n’avons pas déterminé encore l’orientation des actions prioritaires mais un état des lieux avec les élus semble indispensable.

Les commentaires sont clos.
Défiler vers le haut